jeudi 27 février 2014

Camille Claudel

"Regard sur la sculpture de Camille Claudel"

"Un défi, une aventure : dessiner, peindre la sculpture, harceler le mystère d’un art jusqu’à lui faire rendre âme, et le traduire dans un autre, renoncer à une dimension. Regarder de face plutôt que tourner autour. Voir, de ses yeux voir plutôt que toucher ; sentir sans y mettre les mains, ni la bouche, sans s’y frotter de la peau vulnérable. Rendre autrement la puissance créatrice, la transposer, la saisir de manière plus voyante et moins tactile, tout en gardant mémoire du choc reçu lors de la première rencontre. Une autre gageure: interroger inlassablement une artiste hors du commun ..."
Colette Nys-Mazure,
extrait de "Camille", 2005


La petite chatelaine

"Un défi, c’est vrai et qu'elle merveilleuse aventure de dessiner avec pour thème les sculptures de Camille Claudel ! J’avais seize ans quand j'ai eu le bonheur de découvrir ce moyen d’expression, de toucher la terre, la modeler, la pétrir durant des heures, des journées entières. Je rêvais de devenir sculpteur … Puis j’ai découvert les œuvres de Camille Claudel. Un grand choc, en effet. J’étais fascinée par ses sculptures. La vie de cette artiste aussi, son besoin de reconnaissance, son internement m’interpellais et réveillais en moi de vagues souvenirs d’enfance, enfouis, vague perception des drames qui se jouaient autour de moi.En 1990, le désir de sculpter ne m’ayant pas quitté, je suis partie à la recherche d’un atelier et le hasard m’a conduite vers un adorable petit village où j’ai choisi de m’installer, à deux pas de la sculpture de Léon Lhermitte… et, à mon insu, proche de la maison de Camille Claudel !
Je venais de recevoir en cadeau le magnifique livre de Gérard Bouté « Camille Claudel, le miroir et la nuit » avec ces très belles photos d’Antoine Dubroux, quand un écrivain m’a proposé de participer à un projet de livre sur Camille Claudel. Avec enthousiasme je me suis mise aussitôt à traduire mes émotions et à réaliser une série de dessins à partir de ces photographies qui me touchaient tant. Le projet a du être abandonné. Vive déception. Six ans après, le plaisir d’avoir réalisé ces dessins subsiste, reste fort, présent et l’espoir de concrétiser un jour un projet de livre demeure."
Auck - juin 2006

L'abandon                                       La joueuse de flûte

     Les causeuses

Cacountala                   La joueuse de flûte



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour vos commentaires